Sélectionner une page

La voiture reste le moyen de transport le plus utilisé par les Français. Selon le Ministère de l’Environnement, elle représente 63% de nos déplacements quotidiens. Pour notre santé, notre porte-feuille et pour l’environnement, il est possible d’en réduire notre usage et d’aller vers les mobilités douces.

La voiture : un moyen de transport encore plébiscité

Sur une semaine, nous passons en moyenne 6h50 dans des déplacements quotidiens « locaux » (moins de 80km de notre domicile). Du lundi au vendredi, nous effectuons chaque jour 181 millions de déplacements, soit près de 3 déplacements par personne.

63% de ces déplacements sont effectués en voiture, près de 24% à pied, un peu plus de 9% en transports en commun et un peu moins de 3% en vélo. Dans les zones rurales, la part de la voiture grimpe à près de 80% tandis qu’elle dégringole à environ 34% en Région parisienne où les transports en commun sont les plus utilisés (38%). Mais la voiture est très utilisée aussi dans toutes les grandes agglomérations puisqu’elle représente 59% des déplacements dans les agglomérations comptant entre 100 000 et 2 millions d’habitants.

Si l’on se concentre sur les trajets entre le domicile et le travail, la domination de la voiture est encore plus forte. Selon l’INSEE, 74% des personnes se rendent au travail en voiture et 42% des personnes qui travaillent à moins de 1km de leur domicile utilisent aussi la voiture !

Quel est le problème avec la voiture ?

La voiture est un moyen de transport très pratique qui semble parfois indispensable selon son lieu de vie ou ses contraintes familiales. Mais cette praticité a aussi de nombreuses contreparties.

Tout d’abord, la voiture coûte cher. Elle représente en moyenne selon l’INSEE 11% du budget des ménages. Selon l’automobile club association, entre l’achat, l’assurance, le carburant ou encore le garage, le coût est de 60 à 80 c€ du km, soit un budget de 7 000 à 10 000 € / an. Dans les zones rurales, ce budget peut plus que doubler.

Ensuite, la voiture a des effets sur notre santé. L’effet le plus connu est lié aux émissions de polluants : la voiture émet notamment des oxydes d’azotes (NOx) et des particules fines (PM10, PM2,5)  via la combustion de carburants ou via l’usure des pneus et plaquettes de frein. Ces polluants peuvent être à l’origine de conséquences graves, comme de l’asthme, voire des cancers.

La voiture favorise aussi la sédentarité, c’est-à-dire l’absence d’activité physique même modérée, qui est en train de devenir un fléau majeur de santé publique car elle favorise les maladies cardiovasculaires, le diabète de type 2, l’obésité… Et bien entendu la voiture est une cause majeure d’accidents graves sur la route. En 2019, 3 500 personnes sont décédées dans un accident de la route dont 1 600 automobilistes.

Enfin, la voiture est responsable de grandes conséquences environnementales. Ainsi, elle émet plus de 15% de l’ensemble des gaz à effet de serre émis en France. Sa fabrication engendre aussi de fortes émissions de gaz à effet de serre et d’autres impacts majeurs comme l’épuisement des ressources (métaux, etc.).

Comment passer à des transports plus doux pour notre santé, notre environnement et notre porte-feuille ?

Il n’existe pas de solution unique pour l’ensemble du territoire et il n’y a parfois pas de solution tout court dans certaines situations. Mais le développement de nombreuses solutions offre la plupart du temps une alternative.

Le vélo, qui ne représente que 3% de l’ensemble des déplacements aujourd’hui, présente dans de nombreux cas une véritable solution. En effet, le développement des vélos à assistance électrique (VAE) offre aujourd’hui la possibilité de parcourir des trajets de plusieurs kilomètres, même avec du relief. Lorsque l’on a une famille, les remorques, les vélos cargos ou les long tail permettent de faire des trajets quotidiens sans problème notamment en version électrique. le VAE reste cher à l’achat mais il est possible d’en trouver d’occasion et de nombreuses collectivités proposent des aides à l’achat ou des locations longue durée.

Lorsque l’on a besoin d’une voiture, il est possible s’inscrire sur un site de covoiturage pour réduire les dépenses et profiter d’un peu de convivialité. Il est aussi possible de louer une voiture notamment grâce à toutes les initiatives d’auto-partage qui se déploient partout en France avec des professionnels ou entre particuliers.

Bien entendu, lorsqu’on a la chance d’habiter dans un territoire bien desservi en transports en commun c’est un moyen peu cher, écologique et sain de se déplacer. De même un territoire bien pourvu en services de proximité nous incite à nous déplacer à pied, ce qui est excellent contre la sédentarité.

Ainsi, lorsque l’occasion se présente lors d’un déménagement, il est utile de prendre en compte l’équipement de son futur quartier et de sa future commune en transports et en services de proximité.